Aqua Allegoria : Pivoine Magnifica, Guerlain

Aqua Allegoria-Pivoine Magnifica !!! Un parfum qui fait éclore des fleurs dans la tête! Tendre, généreux, fleuri, frais et affectueux, Pivoine Magnifica de Guerlain est un remède efficace contre les airs tristous de l’hiver! Un petit pschitt dans le cou et au creux des bras : la bonne humeur et le sourire reviennent comme par magie… Le plus agréable, c’est l’impression de plonger la tête dans un opulent bouquet de pivoine, de sentir les pétales caresser les joues, et la fraîcheur nous rosir les joues… J’ai en effet un grand faible pour les parfums fleuris, et en particulier Pivoine Magnifica que je trouve particulièrement féminin et élégant. Les différentes notes de cette Aqua Allegoria mettent parfaitement en valeur la pivoine épanouie qui se développe au coeur du parfum. Les agrumes en tête apportent le côté pétillant et frais, tandis que les notes de fond composé d’iris et de bois apportent le côté majestueux.

Pyramide olfactive:
Tête, Bergamote / Pamplemousse rose
Coeur, Pivoine / Violette
Fond, Iris / Bois précieux

Cette eau se porte à toute heure et en tout temps, est très agréable à sentir pour garder la bonne humeur ou tout simplement pour se faire plaisir.

L’Artisan Parfumeur, Safran Troublant

Voici le billet sur le dernier parfum du coffret Les épices de la passion de L’Artisan Parfumeur : Safran Troublant. Encore une fois, un parfum hors du commun : élégant, discret et sensuel à la fois. C’est un parfum dont on tombe amoureux, un parfum que l’on aimerait sentir sur une personne que l’on aime. Attachant et rassurant grâce à la rose, il attire les passions une fois que le safran se révèle et donne son aspect poudré et chaud à la fleur… On a l’impression de tomber sur des coussins, on se sent enveloppé, presque protégé avec les accords de vanille et de bois de santal. Un parfum parfait pour les mamans!! Mais aussi tout à fait approprié pour les femmes qui souhaitent séduire tout en douceur et subtilité…
Pyramide olfactive:
Tête, Rose Rouge
Coeur, Safran
Fond, Vanille/Bois de Santal

Existe en 50ml ou 100ml (ou en coffret)

On prend tsoin-tsoin…

Ou avec le décodeur : On prend soin de soi. Quoi de plus agréable qu’une huile délicatement parfumée, étalée avec soin sur une peau fraîchement lavée… ? Ces huiles si précieuses sont un régal pour la peau mais aussi pour nos sens. Je m’explique : dans mes petits produits de beauté, j’ai comme toute jeune femme qui se respecte une crème pour le corps, une pour le visage, une autre pour les mains… mais j’ai surtout dans mon attirail deux flacons d’huile pour le corps et le visage qui me procurent, chaque fois que je les utilise, un immense plaisir et une sensation de bien-être et d’apaisement. La fluidité avec laquelle elles glissent sur la peau, les arômes délicieux qu’elles dégagent et qui se réchauffent ensuite au contact de l’épiderme, pour laisser un sillage léger et savoureux… Enfin le fini satiné et uniforme, le toucher soyeux, et la sensation d’enveloppement doux et chaud. On aurait tort de s’en priver !Continue reading →

Ce soir, petit billet tendance

Aujourd’hui je suis allée faire un petit tour à Sephora… Histoire de sentir, d’actualiser ma base de données perso et de prendre des idées. J’ai senti le nouveau Lolita Lempicka: “L”, sorti depuis un petit moment déjà.
Et je me suis dit qu’il fallait absolument que je fasse un billet sur la tendance des parfums actuels.

Je trouve qu’actuellement la tendance des parfumeurs à exploiter des odeurs lourdes et sucrées jusqu’à plus soif devient carrément insupportable. C’est surtout l’association presque forcée avec la nourriture qui me dérange. Pour moi, une fragrance construite autour de notes sucrées, ou évoquant des aliments n’est pas obligée d’empester le bonbon ou les gâteaux à des kilomètres à la ronde. Il me semble que cette mode est née dans les années 90, lorsque Thierry Mugler a sorti Angel, qui a fait l’effet d’une bombe dans le paysage olfactif. (Pyramide:T:Bergamote/Mandarine;C:Fruit de la passion/Pêche/Abricot;F: Patchouli/Vanille/Chocolat/Caramel)

Le problème n’est pas tellement d’intégrer dans une composition des composants qui sont aussi des aliments, mais surtout de leur accorder une place prédominante et excessive, jusqu’à rendre le parfum écoeurant. Le côté ecoeurant n’est d’ailleurs pas exclusivement dû aux notes alimentaires: Ange ou Démon, la nouvelle création de Givenchy est construite autour de fleurs et de bois (pyramide: T: Thym blanc/Mandarine/Safran; C: Orchidée, Ylang Ylang, Fleur de Lys; F: Fève Tonka/Vanille/Bois de Palissandre/Absolu de bois de Chêne). Pourtant l’effet lourd “tarte à la crème” est bien présent. Moi qui pourtant adore l’odeur de la fleur de Lys, je l’ai senti sur une femme un soir dans le métro: 45 ans, cheveux blonds décolorés, trop maquillée… Résultat: La Vulgos-attitude dans toute sa splendeur.
Pour en revenir à “L” (Pyramide: T: Orange amère/Canelle; C: Immortelle/Vanille; F: Bois précieux/Notes solaires/Muscs), qui aurai pu être un parfum très sympa s’il avait été construit plus finement, j’ai eu un exemple de plus du dictat de la mode actuelle qui nous écrase sous son camion 36 tonnes de lourdeur étouffante et de sensualité vulgaire. Je suis déçue…

Pour parler de sensualité, soyons clairs et honnêtes, le parfum c’est sensuel, cela fait partie de la séduction. Mais dans notre époque qui aime à surexploiter la sexualité comme argument de vente, sous entendu ou entendu (cf les pubs pour Dior Addict, ou la récente campagne Dolce&Gabbana: un étalage orchestré d’une sexualité gluante), la profusion de parfums agressifs et évocateurs devient fatiguante.
=======>Mon avis est qu’un parfum délicat, fin et bien construit sera 15000 fois plus sexy et apprécié qu’une senteur oppressante.

Pour finir sur une impression positive (parce que heureusement tous les parfums ne sont pas comme ça, même dans les actuels), j’ai retrouvé Opium de Yves Saint Laurent (aussi parce qu’une campagne de pub à été relancée récemment), que ma marraine a porté, ça m’a rappellé des souvenirs. Ce qui est bien normal puisque l’on sais que la mémoire olfactive est l’une des plus puissantes.

De plus, j’ai été agréablement surprise par Narcisso Rodriguez for Her, (Pyramide: T: Rose/Pulpe de pêche ; C: Ambre Doux; F: Patchouli/Santal/Musc) un parfum au sillage chaud et harmonieux. En plus je trouve la photo de la publicité est vraiment sublime: le mannequin me fait penser à quelque chose entre le cygne et le poussin…

L’Artisan Parfumeur : Piment Brûlant

Voici une petite étude consacrée aujourd’hui à Piment Brûlant chez L’Artisan Parfumeur. Pour ceux qui aiment les épices avec ce parfum vous serez comblé! Comme je l’ai dit dans les précédents billets, celui-ci a été lancé en 2006 conjointement avec Poivre Piquant et Safran Troublant. J’étais un peu réticente au début, n’ayant jamais connu de fragrance construite autour d’une épice aussi puissante que le piment, j’avais peur de tomber sur un parfum agressif, insupportable pour les narines… Il n’en est rien!
Il est vrai que je n’ai jamais senti un parfum tel que Piment Brûlant, c’est vraiment une odeur inédite (au même titre que Dzongkha, toujours chez L’Artisan Parfumeur, qui aura droit à son billet), qui ne laisse pas indifférent. La recette aurait été inspirée de celle d’un empereur aztèque du 16e siècle. Le plus surprenant c’est le côté saisissant de l’accord: comme lorsque l’on mord dans un quartier de citron. La force et la chaleur du piment sont arrondi par une note de chocolat, et soutenu par l’ambre et le musc.
Pyramide olfactive:Tête, Girofle / Pavot
Coeur, Piment mexicain / Chocolat
Fond, Musc / Ambre / Vanille
Existe en 50ml, 100ml ou 15ml dans le coffret.
Un parfum pour des personnes qui aiment porter des essences inhabituelles et qui n’ont pas peur de surprendre!

Fidèle à son parfum, pour ou contre?

Grande question que celle de la fidèlité! En parfumerie aussi on se pose cette question existentielle: Un seul parfum pour toute la vie?
Le parfum est-il le miroir de l’âme? (enfin tout est relatif) ou au contraire: Les différents parfums portés par une même personne sont-ils autant de facettes de sa personnalité?
Derrière ces concepts un peu clichés, je dirai que les deux sont compatibles, voire même qu’ils sont imbriqués. En effet, on sait que bien choisir son parfum de façon à ce qu’il nous ressemble, c’est très important: ça joue sur l’image que l’on a de soi et donc sur celle que l’on renvoi aux autres. C’est pour ça que généralement, lorsque l’on a trouvé un parfum qui nous correspond bien on se dit que c’est le seul et qu’il ne vaut mieux pas en changer de peur de se tromper ou de ne pas en retrouver un aussi bien. Mais la personnalité est-elle figée? On peut dire que oui, mais on peut aussi dire que chacun évolue (quoiqu’il arrive) tout en gardant un caractère propre.
Il y a donc deux solutions:

  • soit on préfère privilégier le côté constant: le caractère et alors on choisi un parfum représentatif une fois que l’on se connait (soi-même) bien
  • soit on privilégie les changements: les évolutions dans la personnalité vont nous amener à choisir des parfums qui représentent des étapes, des nouveautés dans une vie.

On peut très bien aussi avoir envie de changer de parfum comme de chemise, et en prendre un pour chaque occasion…Peut-être que c’est là qu’on s’amuse le plus d’ailleurs. Mais ce qui n’empêche pas qu’on puisse avoir dans le lot un parfum auquel on tient et que l’on rachète régulièrement parce qu’il nous convient et nous rassure.
Dernier point: On souhaite souvent ne porter qu’un seul parfum pour que l’on puisse se dire: “Quand on sent ça, on sent moi” Mais le risque n’est-il pas de se restreindre à un parfum alors que d’autres nous plaisent autant voir plus?

Je me pose toute ces questions et lance une petite disscussion sur le sujet: Donnez votre avis! Donnez des conseils ou racontez des annecdotes, tout cela m’interesse.

Petite histoire de mes parfums

    Mon initiation au parfum a commencé il y a bien longtemps (comme la plupart des gens finalement) vers l’âge de 4 ans il me semble, lorsque l’on m’a offert le Ptisenbon mais aujourd ‘hui, il ne reste rien…
S’en est suivi une loooooooongue période sans réel parfum “à moi”. Je me fournissais chez des distributeurs ultra-privés, à savoir ma soeur, ma mère et mon frère aussi (un truc qui sent bon est un truc qui sent bon). Ma maman portait
Paris d’Yves Saint Laurent (entre autres), ma soeur Anaïs Anaïs de Cacharel (entre autres aussi), et mon frère il faudra que je lui demande (s’il me répond: “Je prenais celui de papa”, je serai pas bien avancée…).
Durant cette période j’avais pourtant courageusement essayé de créer mon propre parfum avec un tas de choses “qui sentaient bon”: de l’eau savonneuse, des fleurs de lavande, ou encore des mélanges d’échantillons… Le résultat n’était pas aussi terrifiant qu’il pouvait en avoir l’air, toujours est-il que j’ai rapidement abandonné faute d’avoir reçu un avis favorable du public (familial). Mon frère me disait d’ailleurs souvent: “Rrraaaaah! Tu t’es encore mis du parfum!!!”

Je ne suis réellement sortie de l’incertitude olfactive que vers le Noël de mes 12 ans, où j’ai reçu, en partenariat avec ma cousine,
Amazone de Hermès. Dès lors, ma fréquentation des magasins tel que Sephora a grimpé en flèche: je remplissais mes poches et mon sac de cours des testeurs imbibés de parfum, ce que je fais toujours aujourd’hui d’ailleurs, récupérais des échantillons, revenais avec des amies pour discuter de telle ou telle nouveauté…Et j’arrivais même à traîner un de mes amis qui rentrait à reculons et faisait preuve d’une patience infinie…

Finalement, le moment vint pour moi de choisir mon parfum: pour mes 15 ans, je choisi “ô oui” de Lancôme qui reste un de mes parfums préférés à ce jour. Mes goûts et mon esprit critique ont pris forme, et surtout j’ai commencé à conseiller autour de moi (famille et amis), ce que je fais toujours et qui me plait beaucoup. On retiendra une longue discussion entre ma soeur et moi pour lui choisir un parfum:Eternity de Calvin Klein VS Max Mara… Finalement c’est Eternity qui remporta le combat de catch, une grande réussite à laquelle je suis fière d’avoir contribué! (oui, je m’envoie un peu des fleurs, mais c’est un peu vrai aussi).

Aujourd’hui, pour choisir un parfum, j’aime le tester, le décortiquer, l’analyser: le “faire attendre” en quelque sorte. J’ai mis presque 5 ans avant de me décider à acheter Woman de Versace (mais c’est une exeption je le reconnais), un parfum assez peu connu, floral, boisé, musqué (je ne me rappelle pas l’avoir senti sur quelqu’un d’autre, contrairement à certains parfums sur-exploités, sur-exposés et sur-vendus pour n’en citer aucun…). L’achat de J’adore de Dior à lui aussi été longuement réfléchi: une étape de réflexion étalé sur 1 an et demi, puis l’étape décisive d’acquisition en environ 1h30 (au moins c’est proportionnel), effectué le même jour que le débat entre Eternity et Max Mara, aidé par ma chère soeur donc. Je note aussi l’achat de Chloé Edition 2005 qui lui s’est décidé plus rapidement, en 1 mois environ.
Evidamment, bien que j’aime “faire attendre” le parfum, je ne suis pas à l’abri des coups de foudre surpuissants tel que celui provoqué par
Poivre Piquant (vous retiendrez ici, le rapport avec le nom du blog)! Je signale tout de même deux semaines de réflexion, et les 4 derniers jours passés à me renifler frénétiquement les poignets toutes les 5 minutes. Cela dit je le crois(le coup de foudre) en grande partie dû à la qualité particulièrement supérieure des créations de L’Artisan Parfumeur, une véritable maison de Parfumerie centrée sur les attributs même de ses produits, plus que sur leur vente. Elle n’échappe pas au marketing, mais on le notera moins agressif et beaucoup moins (voire pas du tout) formateur que dans les autres maisons habituelles (j’entends ici par “habituelles”: Chanel, Dior, Givenchy, Nina Ricci…On prendra le temps de reparler des autres “niches” comme Annick Goutal ou Serge Lutens). Pour l’heure, j’en suis là. Mais j’attends la suite avec impatience, j’éspère que vous aussi.

A très vite!

Poivre, pourquoi piques-tu poivre?

Voici un billet consacré au dernier parfum sur lequel j’ai jeté mon dévolu! Poivre Piquant de L’Artisan Parfumeur. Je l’ai découvert lors de mon stage d’initiation au parfum, où j’avais pris l’échantillon, aujourd’hui l’échantillon est presque fini et je vais rapidement devoir aller le chercher pour le ramener avec moi, je ne m’en passe plus!

Le parfum est décrit comme un contraste entre la violence du poivre et la douceur du miel par L’Artisan: en effet, le parfum picote, a ce côté mordant du poivre mais radoucit par la douceur du “lait au miel”. Il tient bien sur la peau, et au fil des heures évolue pour laisser la chaleur de l’épice et la douceur miel.

Pyramide Olfactive:

Tête, Note Réglisse
Coeur, Poivre
Fond, Lait au miel
Existe en 50ml et 100ml. Création: 2006
Une très bonne réussite à mon avis. Il a été créé en parallèle avec Piment Brûlant et Safran Troublant. Les trois peuvent être vendu sous forme d’un coffret: Les épices de la passion, et ils peuvent être mélangés.

Dans peu de temps, je piquerai moi aussi!

Cheminement intellectuel

Depuis un petit moment déjà (disons 8 ans), je m’intéresse beaucoup au monde de la parfumerie. En témoigne les loooooongues après-midi que j’ai passées à tournicoter dans les magasins pour sentir, regarder, étudier, essayer et critiquer les parfums des grandes maisons.
Cette année, l’âge aidant (bien qu’il ne soit pas encore inavouable: 20 ans), je me suis mise à réfléchir un petit peu à mon avenir, à ce qui me plaisait réellement, ce que j’aillai faire de ma vie en somme… N’ayant pas fait d’études scientifiques (et donc pas de chimie), j’ai rapidement abandonné l’idée de devenir parfumeur ou “nez”. Mais l’attirance pour ce milieu étant toujours très présente, j’ai effectué grâce à l’aide de ma maman un stage chez L’Artisan Parfumeur dédié aux particuliers désirant recevoir une petite initiation au parfum.
Au programme:

  • Explication des techniques d’obtention des matières premières (un prochain billet y sera consacré)
  • Découverte des grandes familles olfactives (explication dans un prochain billet)
  • Fabrication du parfum en lui-même (suite dans un futur billet…)

A la fin du stage, on flâne avec notre formatrice dans la boutique on essaye des parfums, on prend des échantillons, on échange des impressions bref on se régale. Je le conseille à tous ceux et toutes celles qui aiment le parfum mais qui n’ont pas encore eu l’occasion d’approfondir leurs connaissances de base. Moyennant une participation financière, on passe vraiment un très bon moment!
J’ai retenu plusieurs choses de ce stage, d’abord j’ai trouvé mon nouveau parfum
Poivre Piquant de L’Artisan Parfumeur donc (qui aura droit à un billet spécial), et aussi l’envie de continuer à apprendre toujours plus, développer ma sensiblité, mon sens critique… D’où la création de Poivre Bleu, chaleureusement encouragée par ma maman (toujours). Et enfin, j’ai surtout retenu la certitude de vouloir travailler dans cet univers plus tard.

En attendant, on se cultive, on s’informe, on se met au parfum (ohohoh, quel subtil jeu de mots!!)…Et je pense que ce blog sera un bon moyen pour faire tout ça!

Porte odorante, ouverte


Bonjour à tous et à toutes!
Bienvenue à l’ouverture de Poivre Bleu!grains de poivre bleu

Vous trouverez ici des billets sur les parfums, l’histoire de la parfumerie, la fabrication et la composition des parfums, les matières premières… Des avis et des critiques sur les créations des grandes maisons… Ainsi que l’évolution de mon parcours dans ce milieu, qui je l’espère sera long et enrichissant.

N’hésitez pas à donner votre opinion! Bonne visite!