Critiques

Dans le domaine du parfum et avant l’arrivée des blogs sur Internet, la critique en parfumerie était totalement inexistante. Impossible de trouver la moindre ligne négative dans le dernier numéro de votre magasine, la loi des annonceurs étant toujours la plus forte.

Or, ce n’était qu’une question de temps pour que les “objets” olfactifs que sont les parfums soient enfin pressentis, puis réellement perçus comme de véritables objets d’études (artistique donc). Depuis l’apparition des premiers blogs au milieu des années 2000 (Poivre Bleu est d’ailleurs le premier blog francophone sur les parfums à être apparu), beaucoup de flacons se sont vidés et la critique de parfum, si elle pouvait être maladroite et peu pertinente à ses balbutiements semble aujourd’hui être bien mieux maîtrisée et comprise par ceux qui la pratique. Un certains nombre de blogueurs (dont vous trouverez les sites à droite dans la liste des Favoripoivres), mais aussi d’amateurs n’ayant pas forcément de support en ligne, ont aujourd’hui accumulé de substantielles connaissances olfactives (matières premières et parfums) et acquis des compétences pointues dans le domaine de l’évaluation (de l’analyse) des parfums qui leur permettent aujourd’hui de prétendre à une certaine reconnaissance, mais aussi à une crédibilité et à du respect de la part des professionnels de cette industrie. C’est en tout cas le point de vue que souhaite défendre Poivre Bleu.

L’émergence d’initiatives comme celles de l’Olfactorama (dont Poivre Bleu fait partie) sont la preuve que la communauté qui s’est créée autour du parfum est animée par une profonde dynamique de partage, d’échange et d’enrichissement mutuel où la passion pour les odeurs, les parfums et leur histoire ont toute la place qui leur est due. Au sein de cette communauté, il est affirmé haut et fort ce que l’industrie murmure tout bas depuis des années : “La parfumerie est un Art”.

La critique, en ce sens, est nécessaire, car il n’existe pas de domaine artistique sans analyse différenciante de l’expression de la beauté qu’il propose. Tout en s’inscrivant dans le respect du travail des professionnels qui œuvrent dans ce milieu, il est important de pouvoir distinguer ce qui est beau de ce qui ne l’est pas. Et si la Nature a tout appris à l’Homme en matière de beauté, il n’est pas vain et faux de croire que la parfumerie, comme discipline d’expression humaine, tente de s’en inspirer et de la sublimer avec les moyens qui sont les siens. La critique de parfum a quelque chose d’un peu militant aujourd’hui, il est vrai. Et avec ses critiques, Poivre Bleu propose ici, modestement, son point de vue personnel sur ces “objets d’étude” que sont les parfums.