Labdanumania en bougies / Ambre 1er – Jovoy, Ambre – L’Occitane

Nous arrivons au terme de notre cycle “Labdanumania”, au cours duquel j’aurai tenté de vous présenter les meilleures créations autour du labdanum, matière entre toutes les matières, odeur de mon cœur… Dans le petit monde des parfums, il y a bien sûr la parfumerie fine alcoolique, celle qui vêt notre peau de ses effluves magiques… Mais les parfums pour la maison ont, eux aussi, leur importance. Le plaisir revêt une forme différente, mais il procure le même type de sensations et d’émotions. Rentrer chez soi et retrouver une odeur familière, ou bien encore accorder l’odeur de la maison au rythme des saisons et du temps, créer une ambiance et une atmosphère accueillante, chaleureuse, raffinée. Autant de raisons pour prendre le temps de bien choisir son parfum d’ambiance et pour parfumer habilement et intelligemment sa maison (et surtout, autrement que par les activités ménagères hebdomadaires…).

C’est pour cela que je ne pouvais pas clôturer cette série sur le labdanum sans vous parler de deux bougies, à mon sens particulièrement réussies, et qui illustrent, elles aussi très bien, l’utilisation et le développement de l’accord ambré pour un parfum d’ambiance.

Ambre 1er – Jovoy :

Tout créateur de parfums digne de ce nom, et qui fait des bougies, doit avoir dans sa gamme un bon parfum ambré. Le parfum Ambre

Bougie Ambre 1er - Jovoy
Bougie Ambre 1er – Jovoy

Premier a été réalisé par Michelle Saramito. Pour réaliser la bougie qui lui ferait miroir, François Hénin a fait appel à une jeune parfumeuse talentueuse, aussi grande que belle, j’ai nommé : Cécile Zarokian. Sa bougie pour Jovoy est devenue à juste titre une référence, grâce à la justesse de sa note ambrée, alliant la rondeur de la vanille et la puissance de l’essence de ciste. Son aura légèrement épicée et boisée accompagne une note ambrée – labdanum dont la profondeur et la diffusion sont jubilatoires. On peut relever aussi la présence de notes musquées dont l’utilisation dans l’accord ambré est très intéressante : pour apporter à la fragrance un fondu et une rondeur souple, les muscs complètent parfaitement bien les notes vanillées que l’on peut alors doser plus légèrement. Dans le cas d’Ambre 1er, cela a pour effet, à la diffusion, de rendre la note très douce et enveloppante, sans qu’elle ait un aspect trop “mou” ou trop lourd, et sans que la note ciste/labdanum ne soit dénaturée. La combustion convient d’ailleurs particulièrement bien à cette note, à laquelle elle achève d’apporter de la chaleur et de la texture. On obtient ainsi une bougie au caractère puissant et marqué, qui donne à l’atmosphère d’une maison, d’un salon, un aspect raffiné et chaleureux. Elle parfumera aisément, dans son format standard de 185 g, une grande pièce de 35-40 m², et offrira environ une soixantaine d’heures de diffusion.

Dans le cadre de ma série sur le labdanum, j’ai contacté Cécile Zarokian pour en savoir un peu plus sur sa bougie. Elle a gentiment accepté de répondre à mes questions :

Poivre Bleu : Lorsque vous souhaitez créer un ambre, de quelles matières premières partez-vous (tous supports confondus) ?

Cécile Zarokian : Je pars du ciste-labdanum et de notes vanillées (absolu vanille,vanilline, ethyl vanilline, etc.). Après, selon le support et la demande du client, j’adapte cet accord avec d’autres matières premières, douces, boisées, florales, animales, ou sensuelles.

PB : Dans le cas de la bougie Ambre 1er de Jovoy, êtes-vous partie du parfum éponyme de la gamme ? Avez-vous reçu des directives particulières ?

CZ : J’ai suivi la direction artistique de Jovoy, qui m’a demandé de réaliser un ambre en bougie, c’est à dire un accord traditionnel en parfumerie, qui dépend bien sûr de la sensibilité de chaque parfumeur mais qui reste fidèle à un héritage.

PB : Votre bougie est devenue célèbre pour sa puissance et sa diffusion. Sans nous révéler vos secrets, comment vous y êtes-vous prise pour la rendre aussi performante ? Quelles sont les contraintes spécifiques au support cireux ?

CZ : La contrainte est qu’en bougie, certaines matières premières ne sont pas solubles ou peu performantes dans la cire. Certaines nuances ne peuvent être exprimées comme dans l’alcool. Lorsque je crée une bougie, j’accorde une importante particulière à sa puissance et à sa diffusion, afin de proposer une fragrance qui soit à la fois sophistiquée et qui puisse parfumer une grande pièce. Pour Ambre 1er, j’ai choisi de travailler avec une grande quantité d’essence de ciste plutôt que l’absolu labdanum, malgré son prix onéreux, pour avoir un rendu soluble et extrêmement performant.

PB : Dernière question : avez-vous une affection particulière pour la note ambrée ? Quelle est la matière la plus importante selon vous dans l’accord ?

CZ : En effet, j’aime beaucoup travailler la note ambrée. Elle est si riche qu’elle peut être interprétée et nuancée de plein de manières différentes ! Pour moi il n’y a pas une matière plus importante qu’une autre, c’est la façon dont on va construire l’accord et les proportions des différents ingrédients les uns par rapport aux autres qui vont faire varier la note ambrée en fonction de l’effet que le parfumeur recherche.

La bougie Ambre 1er est donc devenue pour moi une incontournable du genre. Je l’aime pour la franchise de sa note, mais aussi pour la sophistication de son accord, d’une très grande qualité. Les réponses de la parfumeuse laissent entrevoir l’idée que développer une bougie est un travail de composition et d’imagination sûrement aussi technique et délicat qu’en parfumerie alcoolique, même si les outils ne sont pas les mêmes. En un mot, si vous aimez la note ambrée et le labdanum, et que vous voulez la meilleure bougie du genre : courez chez Jovoy, 4 rue de Castiglione, à Paris dans le 1er arrondissement.

 

Ambre – L’Occitane :

Sans pouvoir se mesurer à Ambre 1er, notamment sur le plan de la diffusion et de la note, la bougie Ambre de l’Occitane a le mérite de proposer, à un budget très abordable (14 €), une bougie d’une assez belle qualité, dont la note douce se pare joliment de notes fleuries,

Bougie Ambre - L'Occitane
Bougie Ambre – L’Occitane

solaires, boisées et vanillées sur un fond ambré doux de ciste et de labdanum.

Douce et ronde, elle est une illustration très réussie de l’ambre 83, sur laquelle viennent se poser des notes boisées patchouli (cashmeran), sans être trop lourdes.

Parfaitement adaptée à une petite pièce (15 – 20 m² max), cet ambre pas si bête créera une atmosphère confortable et enveloppante dans une chambre ou une salle de bain, parfaite pour accompagner vos ablutions quotidiennes…

 

Pendant que je bois mes dernières gorgées de Lapsang Souchong pour la journée, je m’en vais refermer ce chapitre olfactif sur le labdanum. J’espère que la série vous aura plu, et que les parfums et bougies proposés auront été pour vous l’occasion d’explorer de nouveaux terrains olfactifs, de redécouvrir des créations dignes d’intérêt et aussi de vous faire une idée plus nette de la note du ciste et du labdanum. Pour aller plus loin, je vous encourage d’ailleurs vivement à acquérir un petit plant de ciste ladanifère. Très facile d’entretien et nécessitant peu d’eau, il aime le soleil et diffuse, par temps chaud, un parfum envoûtant et sensuel qui enivrera vos narines pour votre plus grand plaisir…

 

On se retrouve bientôt dans les prochains billets, et d’ici quelque temps, pour la prochaine série matières premières, toujours aussi amusante et passionnante !

 

2 commentaires

  1. Comme je te l’ai dit sur Twitter, je découvre ton blog (oui je suis parfois un peu en retard ^^) avec un grand plaisir.
    J’ai eu un vrai coup de foudre pour cette bougie (dès l’entrée de la boutique puisqu’ils la brûlent en grand format devant dans la rue), qui je pense restera dans mes favorites et que je rachèterai toujours. La qualité et la diffusion sont exceptionnelles.
    Du coup j’ai craqué pour la version parfum de peau. Le maître des lieux étant par ailleurs adorable et d’un abord très simple (c’est ce qui m’a beaucoup plu chez Jovoy, une boutique de prestige qui n’a pas les chevilles qui gonflent!), j’ai eu un vrai coup de foudre pour cette maison!

    1. Bonjour Poupoune,
      Moi aussi je suis en retard comme tu le vois, mais cela concerne la réponse aux commentaires !
      Je suis bien d’accord avec toi en ce qui concerne la bougie Ambre 1er. En tant que grande fan de l’ambre de manière générale, je suis toujours à la recherche d’un bel ambre, qui développe un sensation chaleureuse, sophistiquée mais naturelle à la fois. Cette bougie est un peu un canon du genre pour moi, tant dans sa note que dans sa diffusion. Je la trouve d’ailleurs plus réussie en bougie qu’en parfum, mais il est vrai que je ne lui ai pas encore donné toute sa chance, alors je vais peut-être retourner y faire un tour.
      Et oui, chez Jovoy, on se sent un peu comme chez soi, l’accueil est en effet charmant, sans être pédant, ce qui est toujours un plus. Et pour peu que l’on ne soit pas effrayé par le nombre de références, il y a de quoi flâner en toute tranquillité !

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *