Labdanumania / Ambre Russe – Parfum d’Empire

J’avais aimé dans Ambre Sultan et Amber Absolute, une construction plus proche de la matière du labdanum, réel responsable pour moi de la sensation ambrée. En cela, ils m’étaient apparu comme plus modernes, délaissant le classicisme quelque peu ennuyeux, avouons-le, des ambres cartésiens, tel Ambre Précieux de Maître Parfumeur et Gantier. Ambre Russe n’est pas de ceux-là, mais il est classique tout de même, ne poussons pas non plus le bouchon trop loin, il est russe.

Ambre Russe - Parfum d'Empire
Ambre Russe – Parfum d’Empire

Ambre Russe est la preuve par 9 que “l’ambre”, en fait, c’est le labdanum. Pourtant, il l’est un peu moins que ses collègues, mais ce qui m’intéresse aussi, c’est qu’il est aussi assez peu vanille (même s’il n’en est pas exempt, attention), et pour cette raison, il permet de démontrer qu’un ambre sans labdanum ne peut pas être un ambre. Car, autant un labdanum sans vanille continuera toujours de diffuser une sensation ambrée dans son sillage, autant une vanille sans labdanum est… une vanille. Pour illustrer, on peut penser par exemple à la Spiritueuse Double Vanille de Guerlain. Ce parfum qui se focalise sur la gousse, déploie une sensation de rondeur suave que l’on peut retrouver dans certains parfums ambrés. Pourtant, la perception générale reste celle d’une vanille, liquoreuse, cuirée et presque boisée, mais exempte de cette profondeur baumée caractéristique des ambres.

Ambre Russe m’a interpellée et intéressée pour cette série car son labdanum est moins évident que dans les deux premiers parfums présentés, mais a été ornementé sans les atours habituels du genre, à savoir le benjoin, la vanille et autres baumes. Mais Marc-Antoine Corticchiato n’a cependant pas lésiné sur les ornements de son ambre, qu’il a rendu russe, impérial et digne sur tous les profils.

Dans un foisonnement d’étoffes précieuses aux couleurs chatoyantes, cet ambre se niche au creux d’une poitrine généreuse à la peau laiteuse. Il développe sur cette peau une intéressante note fruitée/confite, entre la prune reine-claude et la mirabelle, dont les miroitements dorés rappellent ceux des innombrables bijoux qui ornent les mains, le cou et les oreilles de la belle et jeune princesse qui le porte. Son thé bien noir et brûlant mêle ses arômes d’écorces d’agrumes à l’aspect liquoreux et quelque peu aromatique de son parfum. Si son esprit cuiré et un peu fumé met du temps à venir, c’est que le pays est vaste, et qu’il faut du temps aux bottes noires des soldats du régiment Labdanum et Bouleau pour retrouver leurs chemins…

On se délecte de cet ambre pour son allure impériale, sa tête décoiffante de vodka et de ses petites bulles de champagne, puis de son évolution fruitée/confite troublante car plutôt inhabituelle sur un fond de peau cuirée travaillée. Sans se faire aussi moderne et novateur qu’avait pu l’être Ambre Sultan à son époque, Ambre Russe sort du schéma vanillé – poudré et explore une voie qui le rend plus frais et plus lumineux. Son empreinte labdanum est certes moins marquée, mais c’est bien lui qui apporte à ce parfum sa texture épaisse et chaleureuse. Et d’ailleurs, ce n’est peut-être pas cet opus de Parfum d’Empire qui met le plus en valeur le labdanum… Lequel de la collection est le plus figuratif à votre avis ?

10 commentaires

  1. J’ai été très contente de lire votre avis sur ce parfum que j’aime beaucoup. Cependant, je suis très intriguée par Amber Absolute que vous avez défendu avec beaucoup de passion dans votre article précédent. J’irai le découvrir à la première occasion. Merci

    1. Bonjour Estragon (très joli pseudonyme 😉 ),
      Je suis ravie que le billet sur Ambre Russe vous ait plu ! Je ne peux que vous recommander vivement de sentir l’Amber Absolute de Tom Ford qui est vraiment réussi, surtout s’il on cherche en odeur assez puissante et relativement “brute”. J’espère que vous n’aurez pas de mal à le trouver, car, à ma connaissance, il a malheureusement été discontinué.

  2. Je l’avais un peu laissé de côté et je l’ai remis ce matin qu’est-ce qu’il est beau tudieu! Il me donne envie de me rouler dedans comme un chat dans la valériane… Prrrrrr ^^

  3. Je retrouve un reste de parfum russe acheté il y a… quarante ans dans un TSOUM à Moscou et qui s’appelle Solveig. Une fragrance simplement enivrante, je crois “ambrée”, très (ou trop?) capiteuse mais prenante et inoubliable. Connaissez-vous ce parfum ? Si oui, quelle est son appartenance, sa composition? Existe-t-il toujours ? Votre réponse m’intéresse au plus haut point.
    Merci
    Philps

Répondre à reduction senior Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *