Poivre Bleu s’expatrie à Montréal

Rue Sainte-Catherine, Montréal - Photo de Poivre Bleu

Nous y sommes… à Montréal.

Je ne savais pas trop comment vous l’annoncer, parce que pour vous ça ne change rien, mais pour moi, ça change tout.

Je suis partie. Loin. Loin de ma famille, de mes amis, de mes habitudes alimentaires et surtout de mes habitudes parfumesques. Pas de petites boutiques remplies de trésors, d’immense et magnifique Avenue Royale des Parfums, le nom officiel (Poivre Bleu Copyright) de la nouvelle Scent Room du Printemps Haussmann, pas de Grand Salon Intercontinental des Fragrances comme au Bon Marché, et même pas d’Hyper-Super-Mégamarché des parfums comme les multiples formats de Sephora et assimilés disponibles dans la capitale française (le premier Sephora de Montréal ouvre ses portes l’été prochain sur la rue Sainte-Catherine).

Mais du stock j’ai fait, et de bonnes surprises j’ai trouvées. Chez Ogivly, on trouve presque le minimum syndical : L’Artisan Parfumeur, Annick Goutal, Diptyque et Ô divine bonté : Cartier ET Les Heures (hurlez, car il le faut). Au centre Eaton, on croise de drôles de comptoirs où jamais personne ne semble vouloir s’arrêter, et où un monsieur bizarre à turban, recèle des vieilleries comme des Eau de Gucci et pleins d’autres trucs que j’ai oubliés. Et encore, je n’ai pas parcouru la ville de fond en comble (d’ailleurs, au passage, Montréalaises, Montréalais qui me lisez, je suis toute ouïe pour vos bonnes adresses parfumées)…

L’activité parfum est en sourdine ici, en gestation peut-être (je l’espère) auprès des autochtones. Car comme partout ailleurs, le sujet intrigue et intéresse, même quand il est méconnu. La résultante, finalement, c’est que je savoure plus tranquillement les parfums que je porte, suis moins frénétique et moins à l’affût de la moindre balade parfum… Et je me cuisine gentiment le parfait prétexte pour aller mettre les pieds à New York et retrouver, le temps d’un WE, la sensation hypnotique de faire un vrai sniffathlon de la-mort-qui-tue.

Cette sensation de pénurie est parfois très dure, mais elle n’a pas que des désavantages. Elle me rappelle combien j’aime cet univers, combien il est précieux et rare, combien il est en danger aussi et combien il faut le défendre.

Voilà, je suis partie. J’ai appuyé sur le bouton “Pause” de mon nez (mais pas vraiment en fait). Et puis de toute façon, comme dirait un petit lutin aux cheveux d’argent que je connais bien : “When there is will, there is a way”.

15 commentaires

  1. Bon courage et bonne aventure !
    Pas de doute que tu vas revenir avec plein de nouvelles senteurs et idées étonnantes !
    En attendant tes prochains articles sur ce blog, une grosse bise !

    1. Merci pour ton petit mot Marie!!

      Si l’envie vous prend de venir faire un tour du côté de Montréal, vous êtes les bienvenus!! Bises 🙂

    1. Allo Lexis 🙂

      Oui, vous allez pouvoir me lire… Rien que parce qu’il est hors de question que je reste sans voix à propos du désastre industriel que nous prépare l’IFRA. Et je profite, je profite, ne t’en fais pas! J’espère que pour toi et les autres tout va bien de l’autre côté de l’Atlantique!

  2. Bienvenue chez nous! N’hésite pas à m’écrire un courriel, il y en a des perfumistas, ici! Il faut absolument que tu visites Holt Renfrew, qui est tout près d’Ogilvy et a aussi une bonne sélection (Frédéric Malle, Diptyque, Jo Malone, Hermès, et les Exclusifs de Chanel un étage plus haut). Et chez Ogilvy il y a aussi bien sûr les Lutens. Ne manque pas cette page de Basenotes pour une liste quasi-exhaustive : http://www.basenotes.net/threads/177401-Montreal-Canada

    Il en manque bien sûr beaucoup, malheureusement. Mais ça ne s’arrête pas à Ogilvy!

    1. Allo Alnysie,

      Merci pour ton message et ton accueil!
      J’avais entendu parler de Holt Renfrew en effet, mais lorsque j’avais fait mon petit tour sur Ste Catherine, je n’avais pas pris le temps d’y passer! Je vais tenter de réparer cela au plus vite! Merci pour le tuyau sur Basenotes!

  3. Bienvenue à Montréal,

    C’est vrai que l’activité parfumesque est faible ici … C’est pourquoi j’ai besoin de faire de petits tours à Paris aux 2 ans… Le parfum n’est pas toujours bien percu ici… Avant il était facile de faire des échanges sur les blog avec des française mais maintenant les frais de port sont de plus en plus élevés…

  4. quelle chance ! j’ai passé mes dernières semaines à Paris (avant le grand saut ici à Montréal) à compulser fénétiquement ton blog et Olfactorum – sur mon lieu de travail, oui, c’est très mal, je sais. Je vais pouvoir continuer de te suivre !
    Je suis impatiente de lire tes prochains bulletins.

  5. Tu es à l’origine de l’expression “scent room”? Le Printemps aurait du te piquer l’expression.

    Oh oui un sniffathlon, quand les vendeurs/ses te disent “Oh, vous en avez déjà senti beaucoup” et qu’on leur répond “Ne vous inquiétez pas, j’ai l’habitude :D”.

    Et que nous prépare l’IFRA? Je n’ai pas eu vent des dernières nouvelles.

  6. Bienvenue un peu en retard…

    J’aime beaucoup ton blog et je suis super contente de lire que tu es à Montréal parce que ça sera plus facile pour moi de me procurer les parfums dont tu fais la critique étant donné que ce sera dans ma ville 🙂

    Bonne chance dans ta découverte de la ville,j’espère que tu aimes!

  7. Bonjour Juliette,

    Je me suis tant retrouvée dans votre post que j’imagine avec exactitude vos sentiments et votre désarroi en arrivant dans une ville nouvelle où la culture du parfum est quasi-inexistante.
    Je suis moi même expatriée à Singapour depuis plus d’un an et tout comme vous, j’étais désarmée de ne pouvoir parcourir les parfumeries en quête de nouveautés chaque semaine. Je suis toujours aussi frustrée de devoir attendre des mois avant de pouvoir sentir les nouveaux lancements européens.
    Mais j’ai aussi découvert de belles surprises olfactives: de petites marques locales, des odeurs inattendues, des rituels de parfum différents qui me donnent aujourd’hui une vision plus globale du parfum et ce grâce au voyage.

    Je vous souhaite de bien belles découvertes.
    Dans l’attente de lire vos prochains posts (de l’autre bout du monde!)
    A bientôt

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *