Investigations en terres masculines I

Nous le savons bien, le sexe en matière de parfum n’existe pas vraiment. Il ne correspond à aucune réalité olfactive, malheureusement, même lorsque l’on est averti, le réflexe d’aller piocher dans la rangée du sexe opposé n’est pas forcément automatique. C’est pourquoi Nez Bavard s’est vu confier une petite mission par les Services Secrets Parfumés. Etablir une liste de parfums dits “masculins” qui pourraient être portés par les femmes. Selon le succès de sa mission, il se prêtera à l’exercice inverse. Nez Bavard a donc repris avec grand plaisir ses investigations, voici cette semaine l’exposé de son rapport.

Chanel : Egoïste

Comme beaucoup de femmes avant moi, Egoïste est le premier masculin que j’ai eu envie de porter. Chanel a délibérement cherché à donner un aspect androgyne à ce parfum. D’ailleurs la publicité de 1990 nous le montre, avec toutes ces femmes maudissant le rustre mâle qui garde pour lui cette fragrance sensuelle et délicieuse. Cela dit, personne n’est obligé de dire à Jules qu’on lui a piqué son parfum parce qu’il sent vraiment bon, et qu’en plus il nous va particulièrement bien. Soyons clair, ce parfum est parfait sur peau de femme comme sur peau d’homme. Nous ne sommes pas encore dans la dérive alimentaire et le power sugar qui suivra quelques années plus tard, mais il développe avec douceur et finesse un aspect sucré qui picote gentiment le bout de la langue.

Le départ pétillant (mandarine) devient rapidement aromatique épicé avec la coriandre et surtout l’entrée en scène quasi immédiate de la cannelle. Celle-ci, très justement dosée, n’a rien d’écoeurant mais est assez puissante pour faire presque passer inaperçues les notes fleuries de rose et d’oeillet. Il se développe bien un aspect poivré-aromatique : il me semble presque deviner une pointe de lavande qui restera présente très longtemps sur la peau alors que la fragrance prend une tournure de plus en plus chaude, plus sèche et dans le même temps plus miellée : le santal, la cannelle, la vanille et l’ambrette se partagent la scène, avec une petite supériorité de la cannelle et de la vanille sur ma peau. Le fond s’éternise pour notre plus grand plaisir. Egoïste est bien un Chanel, difficile à décrire, dense plutôt mystérieux et agréable à porter. Il ne se dévoile qu’à peine, mais on sent, sous ses airs de séducteur sage, une sensualité et un charme sans limite…

[youtube=http://fr.youtube.com/watch?v=bZ5a2JH_BVE]

5 commentaires

  1. Pour anecdote, cette Edt est d’abord sortie dans une version identique ou très proche sous le nom de Bois Noir, à la fin des 80’s, et uniquement dans les boutiques Chanel.

  2. exact, et on peut même retrouver la signature de Bois Noir dans Bois des Îles, qui est lui féminin ! Jacques Polge s’était inspiré de ce parfum d’Ernest Beaux pour son Bois Noir, qui, faute de succès, s’est réincarné en Egoiste…
    J’attends la suite des “masculins féminisables” avec impatience !

  3. Excellente idée, cette Investigation en terre masculine. En tant qu’homme et passionné,je porte un à deux jus féminins sur dans ma palette olfactive .
    Et alors,d’un sens comme dans l’autre qui à dit que l’odorat avait un penchant sexiste…
    Tout est une question de style et de personnalité !!!
    Je me réjouis de l’investigation en terre féminine…
    Nez Bavard à toujours de chouette idées… Vive Nez Bavard

  4. oui, masculin, feminin, les parfums sont comme les anges, ils n’ont pas de sexes. J’ai toujours porté des parfums dit masculins ou feminins sans discernement.

  5. Thierry et Jeanne, oui, j’avais entendu parler de cette première édition, mais je ne l’ai jamais senti. Je tâcherai d’essayer le Bois des Iles pour avoir un autre point de vue.

    Ron, merci beaucoup pour vos encouragements! Pourrait-on savoir quels sont les parfums féminins que vous mettez? Si ce n’est pas trop indiscret…

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *