Narciso Rodriguez : For Him

Je ne sais pas par quel type de procédés magiques le talentueux Francis Kurkdjian a su recréer un musc aussi criant de sensualité, toujours est-il que Narciso Rodriguez est un monstre en la matière. Après le succès du féminin, le couturier a appliqué la bonne recette du “On prend les même et on recommence“. En 2007, Francis Kurkdjian refait une interprétation autour du musc égyptien cher au créateur.

Je ne sais pas trop ce que le terme “musc égyptien” recouvre. Cependant, lorsque l’on cherche les éléments qui peuvent rapprocher le masculin du féminin, on perçoit de façon assez nette le caractère assumé de la note sensuelle voire sexuelle du musc qui sert de pilier à la construction des deux fragrances. Le musc présent dans les deux compositions mêle un véritable aspect sécrétions (le côté sale et animal) à une certaine rondeur et douceur qui compense l’impression débraillée…

Il me semble cependant que le masculin est plus aventurier dans ce domaine. Le départ en bouquet aromatique annonce une construction assez classique de fougère, mais laisse rapidement la place à la feuille de violette et son aspect cuir râpé qui fait penser au nubuck. A ce moment de l’évolution, il me rappelle Tom Ford For Men avec une facette plus fraîche. La suite devient plus contrastée. L’offensive séductrice et aguicheuse dévoile une légère odeur de transpiration métallique, contenue par une note de fleur blanche, mais qui restera présente jusqu’à la fin. Le coeur s’aiguise et s’arrondit, le musc sort ses plus beaux habits accompagné très discrètement par l’ambre. Sur le fond, le patchouli nous entraine comme lui seul sait le faire dans son lit de terre humide et fraîche, et continue de tanguer avec ce musc coquin décidément infatiguable. On terminera par ce long stade boisé-musqué-frais, qui s’étire sur la peau chaude apportant le contraste. On se souvient aussi du fond de patchouli dans For Her, mais qui était beaucoup plus moelleux et miellé.

Narciso Rodriguez For Him a les atouts d’un beau classique masculin, mais avec une vraie part de nouveauté inattendue et de risque. Bien que pour moi il charrie une grande dose de sensualité, jamais ce parfum ne tombe dans l’excès. Il reste fin et classe et surtout assez frais, ce qui le rend proprement irrésistible. A tel point que j’éprouve un plaisir non dissimulé à le porter et le sentir se dévoiler sur ma peau au fil des heures.

5 commentaires

  1. Cher Nez Bavard,
    Sache que les erreurs sont humaines et sont là pour nous apprendre à mieux écouter autrui,faire plus attention à ce qui nous entoure surtout ceux que l’on aime.Il ne sera jamais condanable de ne pas avoir su se faire comprendre, et le pire serais de faire attention à tout ce que l’on dis car dans ce cas ce serais faire une croix sur tout ce qui fait ta sincerité et ton charme. Tu dois juste savoir que les pires moments pour s’exprimer sont les disputes.
    Tout cela pour te dire que tu n’a pas besoin d’être une pro pour savoir ce que valent ton avis et tes billets.
    Pour la maturité, ce mot me pose un serieux problème à savoir ce que l’ on enttend vraiment par là. Mais c est un autre débat je te propose donc que l’on se voit pour en discuter “entre amies” autour d’ un Starbucks:-)
    Amicalement
    PS fais pas gaffe à mes fautes je sais il y en a pas mal.

  2. Bonjour Poivre Bleu,
    Ca fait plusieurs fois que je passe sur votre blog et je décide enfin à y laisser un commentaire tout d’abords pour vous féliciter. Vos articles sont vraiment agréables à lire et très bien rédigés. Mais je pense que je ne suis pas le premier à vous le dire!
    Ensuite je voulais publier mon commentaire sur cet article car For Him est un parfum qui m’intrigue! Il éveille en moi la répugnance et l’envie de le ressentir! Certains le décrive comme “pas agressif”, doux… J’ai l’impression d’être à côté de la plaque quand je le sens! Pour moi il est tout sauf pas agressif, à chaque fois que je le ressens, je fais un mouvement de recul automatique. J’y retrouve à chaque fois une odeur comme sale, mêlant le metal brossé noir, l’huile de moteur et le concombre (je n’arrive pas à dire pourquoi je discerne du concombre!). Et cet effet légumineux je le retrouve pendant longtemps sur la mouillette. Mais alors je ne me lasse pas de le sentir encore et encore! Tellement élégant, et inhabituel… Mais je pense que je ne pourrais pas le porter! Il faudrait toute fois que je l’essaye sur peau!

    1. Bonjour Patrice,

      Merci pour votre commentaire et vos compliments !
      Je ne pense pas que vous soyez à la plaque lorsque vous sentez Narciso Rodriguez For Him. Moi aussi lorsque je le sentais les premiers temps, j’avais une réaction bizarre. Un peu comme vous il m’intriguait. Pour vous faire une confidence, je lui trouve vraiment un côté sexuel assez particulier, quelque chose de sale, mais sans être vraiment dérangeant.
      Pour ma part, je ne dirais pas que je le trouve doux, en revanche, il a un petit côté lacté, mais surtout comme vous le dîtes, un côté métallique. Et pareil pour le côté légumineux et l’huile de moteur (comme quoi vous sentez très bien), en fait on sent très bien dans ce parfum une molécule que l’on appelle l’Isobutyl Quinoléine. C’est une molécule dont l’odeur est un peu verte, relativement caoutchouteuse, comme goudronnée que l’on utilise généralement pour reconstituer une odeur de cuir. Lorsque je l’ai découverte, ma formatrice me l’a décrite comme l’odeur “d’une asperge dans une botte en caoutchouc”. Je pense que l’on retrouve ici votre sensation de “concombre”.

      En tout cas, cette création a le mérite d’être originale et de ne pas laisser indifférent!

  3. Merci Poivre Bleu pour votre réponse!
    L’image de “l’asperge dans une botte en caoutchouc” me parle merveilleusement bien. Fort possible que mon odeur de concombre vienne de là. En tout cas, je suis content d’apprendre que c’est du à l’Isobutyl Quinoléine. Je peux enfin mettre un parfum sur ce nom que l’on rencontre parfois!

  4. Fantastique parfum que celui ci, d’autant qu’il a le supérieur mérite de reprendre le flambeau de mon très regretté Ho Hang! Peut être plus métallique, moins “propre”, mais la filiation saute au nez! Balenciaga est mort, vive Narciso!
    Bravo pour votre blog.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *