Gucci : Eau de parfum II

Avec les beaux jours qui reviennent (?), les senteurs douceureuses et chaudes de l’hiver commencent à être assez difficiles à porter, car avec la chaleur et l’humidité, elles deviennent étouffantes là où elles étaient enveloppantes durant nos longues soirées d’hiver. Les parfums fleuris, fruités, aux notes marines (aqueuses) sont plus agréables et rafraîchissants. Il existe pour se rafraîchir tout en se parfumant, des “splashs”, des eaux fraîches ou eaux de Cologne spécialement conçus dans cet esprit de rafraîchissement (Voir le billet sur Comment porter son parfum… ).
Une fragrance comme celle de Gucci II se veut rafraîchissante par son accord, mais reste bel et bien un parfum, pour se parfumer tout le printemps et le début de l’été… C’est un parfum lumineux comme un cumulus de beau temps, il transporte avec lui cette petite brise encore fraîche qui nous fait rosir les joues au début du printemps. Mais c’est aussi un parfum citadin, car assez sophistiqué et moderne. Il est en vérité assez abstrait, il évoque le beau temps, une balade dans le parc d’une ville, ou une après-midi de lèche-vitrines entre copines. Attention à ne pas le réduire à l’apparente superficialité que cette évocation peut laisser entendre, Gucci II est un parfum contemporain certes, plutôt pour une jeune femme, mais il a une note bien à lui et une réelle profondeur.
Je l’ai découvert il y a environ 2 ans, et je l’ai aimé tout de suite. La tête hespéridée annonce un coeur fruité-fleuri : Orange amère/Mandarine/Cassis, puis, Violette/Mûre/Jasmin, et enfin, Héliotrope/Muscs/Cèdre.
J’ai été surprise de découvrir que la violette entrait dans la composition de ce parfum, car, habituellement j’ai un peu de mal à apprécier les parfums qui contiennent de la violette. Dans celui-ci, elle se marie très bien avec l’ensemble, les muscs apportent la luminosité, le cèdre une touche de vigeur, la mûre le côté fruité souriant, le jasmin et l’héliotrope apportent à la fois délicatesse et profondeur. C’est vraiment pour moi un parfum de bonne humeur et de beau temps, il est fait pour sourire et passer de bons moments en toutes situations.
Il garde cependant un petit côté habillé et soigné, et je pense que c’est pour cela qu’il est citadin. Là où d’autres se confondront avec la peau, Gucci II restera présent comme un élément sublimateur, son objectif n’est pas de faire naturel mais classe et net. Un parfum pour celle qui aime la ville donc, pour tous les jours, mais qu’il faudra abandonner si l’on a l’humeur morose, ou besoin de réconfort…

3 commentaires

  1. Quel joli parfum de printemps, il plait beaucoup, c’est vrai. Dans le même genre et chez Gucci toujours, j’apprécie beaucoup Envy Me, frais et humide comme une rosée matinale. Par contre Cacharel ne s’est pas gêné, en efet, Promesse est quasi identique à Gucci II.

    1. Newyoker, vous me faites penser que cela fait un moment que je n’ai pas ressenti Gucci II! Je connais Envy me, mais je lui préfère de loin Envy beaucoup plus sensuel, mais peut-être moins évident à porter que les 2 autres.

  2. enfin un avis sur mon parfum.
    Je le porte depuis quelques années, tous les jours, toute l’année.
    Je suis surprise et ravie qu’il reste un peu “méconnu” !

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *