Ambiance orientale

Femme d'Alger dans leur appartement, Eugène DelacroixIl existe des oeuvres d’art qui suscitent chez l’observateur toute une série de pensées, en rapport avec ce qu’elles dégagent, ce qui les rend particulières. C’est le cas par exemple d’un tableau d’Eugène Delacroix : Femmes d’Alger dans leur appartement (Musée du Louvre, Paris). J’ai découvert cette oeuvre assez jeune, et elle a toujours provoqué chez moi de l’admiration et des sensations d’évasion. Le chatoiement des couleurs, la précision du décor, la beauté des étoffes, l’élégance des visages… Tous ces petits détails titillent mon esprit, et je m’amuse souvent à deviner de quoi ces femmes peuvent bien parler, mais aussi et surtout quels arômes se diffusent dans la pièce, de quels onguents parfumés ces belles créatures se sont enduites, quelles odeurs délicieuses émanent des tissus et des rideaux… Peut-être un mélange voluptueux d’épices, de roses, de miel, et de fumée vaporeuse? Ou bien alors une effluve de vanille entremêlée à celle d’une huile fine à l’odeur musquée, le tout accompagné de cette merveilleuse senteur fraîche et apaisante d’eau de fleurs d’oranger?… Qui sait?
Le plus amusant est encore de ne pas savoir, et d’essayer d’imaginer toutes les arrangements potentiels. Il n’en reste pas moins que pour moi, le tableau dégage une odeur, celle de l’Orient bien sûr, mais aussi celle du repos et de la féminité. Pour chacun d’entre nous ces termes évoquent des images et des arômes particuliers, que seul notre esprit est capable de reconstituer, un ensemble de fragrances qui sont exclusives, des parfums imaginaires qui ne sentent que dans la tête…

2 commentaires

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *